Rechercher dans ce blog

mardi 27 juin 2017

Illusions et confusion, mères de la déconvenue de Donnet Sisa Nzenzo

Entrons au cœur d’un combat pour la liberté.



Donnet Sisa Nzenzo nous offre des nouvelles qui nous font voyager au cœur de la réalité africaine.
Au sorti de la guerre, la population mène une véritable bataille contre l’oppresseur afin de faire valoir leurs droits et de permettre une vie meilleure à leurs enfants. C’est avec une écriture pleine de sentiments que nous assistons à l’horreur des combats pour la liberté. Combats qui laissent des familles déchirées et des orphelins derrière eux.

L’auteur nous montre plusieurs facettes de ces combats. Au milieu des manifestations, il y a les personnages de Judith et Prévient qui nous montre comment les familles vivent au quotidien la guerre, les manifestations dans les rues et surtout les conséquences de toutes ces actions. C’est aussi le combat des médecins qui font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont (c'est-à-dire pas grand-chose) et qui assistent impuissants à toutes ces horreurs. Comme de véritables héros, ils essaient de faire face à la maladie et aux dizaines de combattants qui arrivent tous les jours blessés à l’hôpital.

Au milieu de toutes ces personnes il y a la partie « supérieure » dans la hiérarchie. Et même ces personnes n’arrivent pas à se mettre d’accord entre eux sur la démarche à suivre et les décisions à prendre. Du coup, c’est le chaos partout dans les rues, dans les établissements, … Finalement, tout le monde se perd dans tous ces problèmes.


Ces petites nouvelles nous prennent littéralement au cœur. On y retrouve beaucoup de sentiment et en même temps une réalité qui nous foudroie dans notre lecture. J’aurai seulement aimé que ces nouvelles donnent lieux à un peu plus de détails, j’aurai aimé en savoir plus sur ces personnages. Nous nous attachons tellement vite à eux que nous sommes presque frustrés de ne pas en savoir un peu plus.

--------------------------------------------------------------------------

YouTube: Shape Fleur
Facebook: Shape Fleur
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com
Babelio: ShapeFleur
Livraddict: Shape Fleur
BookWeather: Shape Fleur
Book Node: Shape Fleur
Goodreads: Shape Fleur

vendredi 23 juin 2017

Il est de retour de Timur Vermes

Quand l’homme le plus détesté du monde revient à la vie.



« Berlin, 2011. Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n’est pas content : comment, plus personne ne fait le salut nazi ? L’Allemagne ne rayonne plus sur l’Europe ? Depuis quand tous ces Turcs ont-ils pignon sur rue ? Et, surtout, c’est une FEMME qui dirige le pays ? Il est temps d’agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour cela, il lui faut une tribune. Ca tombe bien, une équipe de télé est tout prête à lui en fournir une. La machine médiatique s’emballe, et bientôt le pays ne parle que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise … »

Le dictateur allemand, Hitler, se réveille au milieu de gosses qui jouent au foot sur un terrain vague. Pas de salut nazi, pas de « Führer, pouvons-nous vous aider ? » mais plutôt « ça va m’sieur ? ». En essayant de comprendre ce qu’il cloche, Hitler rencontre un magazinier qui le prend pour un acteur, un sosie impeccable de l’ancien dictateur. Un peu perdu dans ce 21e siècle, Hitler ne perd pas le nord et veut faire entendre sa voix, son opinion. Les médias s’emparent vite du phénomène et cela prend une ampleur considérable.

Ce qui est drôle dans cette situation c’est qu’Hitler reste le même qu’en 1945, même façon de parler, de s’habiller, de se tenir. A aucun moment il ne décide de changer afin de se fondre dans la masse de ces personnes d’un autre siècle. C’est ce trait qui créer tout l’humour de cette histoire. Surtout que personne ne sait que c’est le vrai (de vrai) Hitler, ressuscité ! Tout le monde est plutôt ébahit par cette copie conforme et ils s'en amusent. Voire applaudissent cette magnifique ressemblance.

Il faut quand même avoir une certaine connaissance de ce personnage et la situation dans les années 40 car il y a beaucoup de choses sur cela et pour une personne qui ne s’y connaît pas plus que ça, cela risque de le perdre et ça serai fort dommage. Ce qui m’a aussi un peu dérangée dans ma lecture c’est, qu’au début, toutes ces longues tirades d’Hitler racontant ses partenaires et la situation me plaisaient bien, mais au bout d’un moment, je dois avouer que je me suis lassée des explications du passé et j’avais envie d’avancer…


C’est quand même une histoire qui a un message fort a faire passer. On y découvre toute la force des médias et leur influence sur toutes personnes ayant quelque chose à dire. Je vous conseil quand même de lire cette histoire ne serai-ce que pour vous rendre compte de cette force de pouvoir que l’on tien entre nos mains, qui nous manipulent et que nous manipulons. 

------------------------------------------------------------------------------------

YouTube: Shape Fleur
Facebook: Shape Fleur
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com
Babelio: ShapeFleur
Livraddict: Shape Fleur
BookWeather: Shape Fleur
Book Node: Shape Fleur
Goodreads: Shape Fleur

lundi 19 juin 2017

Témoin muet de Agatha Christie

Lorsqu’une vieille femme meurt laissant toute sa fortune à sa bonne, forcément, les neveux et nièces ne sont pas contents.


« Charles ? Un mauvais sujet. Thérèse ? Trop maquillée pour être honnête. Bella ? Une idiote ; d’ailleurs elle épousé un Grec… Impardonnable. Bref, ni le neveu ni les nièces de Miss Arundell ne trouvent grâce à ses yeux. Dommage ! Ils auraient tellement besoin de son soutien… financier, s’entend. La vieille demoiselle roule sur l’or. Et elle dépense si peu… C’est bien normal à son âge…
Alors puisqu’ils doivent hériter de toute façon, pourquoi ne leur consentirait-elle pas une petite avance ? Son obstination à refuser est ridicule. Dangereuse, même. La tentation de l’aider à quitter ce monde pourrait devenir trop forte… »

Le très célèbre enquêteur Hercules Poirot et son assistant reçoivent à leur cabinet une lettre très simple et peu convaincante de Miss Arundell. Celle-ci leur demande d’enquêter sur sa propre famille, la vieille femme à des soupçons. Le problème c’est que la lettre est datée d’il y a plus de deux mois. Comment se fait-il qu’elle n’arrive seulement entre les mains d’Hercules Poirot ? Rien que sur ce fait, l’enquêteur n’hésite pas une seule seconde à aller à la rencontre de Miss Arundell. Hélas, elle est déjà morte et à légué toute sa fortune à sa domestique la plus proche (qui ne l’était pas tant que ça en fait …)
En interrogeant tous les proches, Hercules Poirot retrace la mort de la demoiselle qui n’est pas qu’un accident soit disant causée par une longue maladie ou une balle de chien dans les escaliers. Mais qui aurait pu provoquer la mort de Miss Arundell ? Et pourquoi ? Serai-ce une histoire de rivalité, d’argent ?

Ce qu’il me plaît avec les livres d’Agatha Christie c’est que nous essayons de relever les indices, de trouver qui ment ou non mais il y a tellement de choses à penser qu’au final nous nous faisons complètement balader. Tous les indices qui s’accumulent, tous les personnages se mélangent et nous perdent dans cette enquête qui est des plus excitantes !
Pour celui-ci, je me suis juste laissée porter par l’ambiance de l’enquête. Bien sûr, je pensais trouver le coupable à chaque chapitre mais je savais très bien que je me trompais que je ne saurai pas le coupable avant la dernière page. Mais c’est une sensation qui me plaît. Ca veut dire que rien n’est prévisible.


Pour les plus sceptiques, je tiens à dire qu’il y a quand même des rebondissements, des retournements de situations qui font que le récit n’est pas qu’une enquête qui accumule les indices calmement. C’est justement quand on s’y attend le moins qu’il se passe quelque chose, que les indices, les suspects, les personnages prennent d’autres positions et, du coup, ramène notre réflexion à zéro. Oui, c’est assez frustrant des fois. Juste au moment où on se dit « AH ! Ca y est, c’est tel ou tel personnage qui a fait le coup », eh bah non … Je ne vous spoil pas chers lecteurs, mais j’aimerai faire comprendre à quel point ce genre d’histoire est prenante. 

----------------------------------------------------------------------------------

 YouTube: Shape Fleur
Facebook: Shape Fleur
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com
Babelio: ShapeFleur
Livraddict: Shape Fleur
BookWeather: Shape Fleur
Book Node: Shape Fleur
Goodreads: Shape Fleur

samedi 3 juin 2017

Syndrome O de Bénédicte Vidor-Pierre

Et si nous discutions avec des singes ?



« Primatologue, Ben entretient une relation très particulière avec les grands singes qui occupent le zoo où elle travaille.
Malgré son asociabilité, elle est liée avec la fêtarde et libertine Châle, et Marie-Céline, un peu cruche mais attachante.
Le quotidien de ces trois femmes s’enracine, au fur et à mesure, au cœur de la frontière entre l’Homme et l’animal qui s’avère de plus en plus trouble. »

Nous suivons l’histoire de Ben, une brillante primatologue qui entretient un lien très particulier avec ses singes. En effet, elle leur apprend le langage des signes pour pouvoir communiquer avec eux, ce qui lui permet de mieux les comprendre et de mieux les étudier. Elle se rend compte que les singes se comportent comme des Hommes, ont des sentiments et surtout une âme. Tout au long du livre, Ben se battra pour faire comprendre à a terre entière que les singes sont plus proches que les hommes que l’on peut le penser. Tout au long du livre, la primatologue démontrera de manière scientifique et même philosophique ses dires.

C’est un combat difficile pour Ben même pour ses amies : Châle et Marie-Cé, qui sont respectivement sorties de Sex and the city et La vie est un long fleuve tranquille. Elles ont beaucoup de difficulté à comprendre pourquoi Ben préfère passer du temps avec ses singes au lieu de passer du temps avec des humains et plus spécialement avec un garçon. Surtout depuis que Milka, un singe avec qui Ben a presque grandit, a donné naissance à un petit bébé, Koko. Ben s’en occupe comme son propre fils, ce qui l’a coupe encore plus des humains.

Ce qui est étrange dans cette histoire c’est que tout le monde veut forcer Ben à rester avec des humains, on lui fait des réflexions tout au long du livre sur sa manière de s’habiller avec qu’elle n’en a rien à faire puisqu’elle se sent bien avec les singes et que eux, au moins, ne la juge pas sur sa façon de s’habiller mais bien avec ce qu’elle a dans le cœur. De toute façon, même quand elle fait des efforts pour être un peu plus sociable avec les autres personnes, elle n’est pas heureuse, alors à quoi bon ?

On dirait qu’il n’existe pas de frontière entre Ben et les singes. Une fois qu’elle leur apprend le langage des signes, ils se comprennent et on de vraies conversations sur les sentiments, ce qui les entoure sans juger pour autant. Et ce qui est très troublant tout au long du livre c’est que lorsque l’on parle d’un singe, on le désigne par son prénom, ce qui abolit toute frontière entre l’homme et l’animal.

J’ai bien aimé cette histoire, elle est très touchante et m’a fait beaucoup réfléchir sur certains aspects de notre société, comme par exemple, pourquoi s’obliger à rentrer dans le moule alors qu’on ne s’y sent pas à l’aise ?

Tout comme dans « Porte de sortie », j’aime beaucoup l’écriture de l’auteure, Bénédicte Vidor-Pierre, c’est très simple, elle ne passe pas par trente chemins pour dire les choses et c’est une écriture qui se lit tout. On se laisse totalement bercer par le choix de chaque mot qu’elle a pu faire. C’est très agréable.

----------------------------------------------------------------------

YouTube: Shape Fleur
Facebook: Shape Fleur
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com
Babelio: ShapeFleur
Livraddict: Shape Fleur
BookWeather: Shape Fleur
Book Node: Shape Fleur
Goodreads: Shape Fleur

Les loups chantants de Aurélie Wellenstein

Dans un hiver sans fin, un garçon essai de sauver sa sœur victime d’une malediction.


« Frappée par une maladie rare, la peau de Kira se couvre de glace. Dans quelques jours, la jeune fille sera devenue une statue, prisonnière de son propre corps. Pour la sauver, son frère, Yuri, s’élance avec son attelage de chiens de traîneau à travers les mille kilomètres de steppes glacées qui les séparent de l’hopital. Mais aussitôt partis, une meute de loups aux pouvoir étranges les prend en chasse. Les prédateurs s’infiltrent dans l’esprit du jeune homme, et la loupe de tête lui souffle alors un terrible secret : elle est Asya, son amour perdu. Celle qu’il croyait morte depuis si longtemps.
Rêve, folie, piège mortel ou réalité ? Tout en se battant pour sauver sa sœur, Yuri va devoir affronter les fantômes de son passé. »

Dans un petit village en proie à un hiver infini, nous découvrons Yuri, un brave garçon qui est à la recherche de sa bien aimée, Asya, supposée morte depuis longtemps. Sa sœur, Kira, une gardienne aux pouvoirs fabuleux, est atteinte d’une malédiction (ou d’une maladie pour les esprits un peu plus scientifiques): son corps se recouvre petit à petit de glace. Yuri, accompagné de son amie d’enfance, Anastasia, vont braver le froid et les forces surnaturelles afin d’amener Kira à l’hôpital. Ils sont, en même temps, suivi par une meute de loups aux pouvoirs surnaturels. Leurs veulent-ils du bien ou du mal ? 

C’est en réussissant à allier beaucoup de douceur et de poésie que l’auteure, Aurélie Wellenstein, nous amène dans cette histoire si forte en émotions. C’est un roman déchirant, dramatique mais tellement beau. Tout au long du livre, on ressent la force de ce frère prêt à tout pour garder sa sœur en vie tout en la protégeant des loups aux pouvoirs surnaturels qui lui suivent tout au long de leur route. Ce qu'il m'a beaucoup touché aussi c'est cette amitié que Yuri entretient avec ses chiens de traineaux. Ils se protègent mutuellement et ils ont, avec une pointe de magie, un lien très fort qui fait que, parfois, ils ne font qu'un (ouuuuuh, je vous met du suspense, hein ?)
Il y a comme une tension qui se créer car à tout moment, nous avons peur de perdre un des personnages au milieu du blizzard ou dans les mauvaises rencontres qu’ils font sur leur route. Et en même temps, nous avons envie de savoir pourquoi ces loups les suivent, qu’est ce qu’ils leurs veulent et que s’est-il passé avec Asya ?


J’ai beaucoup aimé cette lecture. J’y est vu beaucoup de sentiments, d’amour et de douceur mais en même temps, elle dégage quelque chose de tellement fort. 

-----------------------------------------------------------------------

YouTube: Shape Fleur
Facebook: Shape Fleur
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com
Babelio: ShapeFleur
Livraddict: Shape Fleur
BookWeather: Shape Fleur
Book Node: Shape Fleur
Goodreads: Shape Fleur

Le club des punks contre l'apocalypse zombie de Karim Berrouka

Entrons dans un Paris en proie à l’apocalypse zombie et où des punks tentent de survivre



« Paris n’est plus que ruines. Et le prix de la cervelle fraiche s’envole.
Heureusement, il reste des punks. Et des bières. Et des acides. Et un groupe électrogène pour jouer du Discharge.
Le club des punks va pouvoir survivre à l’Apocalypse. Enfin, si en plus des zombies, des gros cons n’étaient pas aussi de sortie …
Il est grand temps que l’anarchie remettre de l’ordre dans le chaos. »

Les zombies sont de sorties et commencent à manger à la cervelle de tout le monde. Le Collectif du 25, un squat de punks, tente de se protéger de cette invasion en jouant les standards des groupes mythiques de la scène punk. En effet, ils ont comprit que les zombies réagissaient à la musique. Mais, hélas, ils ne sont pas les seuls … En utilisant la musique, chaque groupe opposés vont essayer de créer une armée de zombie pour imposer une nouvelle politique dans cette nouvelle société où tout est à reconstruire.

Nous suivons ce groupe de punk qui, malgré la prise abusive d’alcool et de drogue, ont peur mais qui sont en même temps motivés à survivre et à recréer une société anarchiste où tout le monde aurait son mot à dire. Bien sur, ce n’est pas au goût de tout le monde et leurs opposants vont aussi essayer de s’emparer de Paris.
On s’attache à chaque personnage du Collectif du 25 : des deux potes branchés sous acides au mec politiquement engagé, en passant par l’écolo qui défend la cause animale. Ils ont chacun leurs positions et leurs caractères et on les voit évoluer au milieu de ce qu’il reste de Paris.

C’est en jouant sur les stéréotypes des punks et d’autres partis que Karim Berrouka nous offre sa vision de l’apocalypse. Ce que j’ai particulièrement adoré c’est cette utilisation non abusive d’humour noir à la limite du politiquement incorrecte.


Si je peux vous donner un petit conseil en lisant ce livre c’est d’aller écouter les groupes qui sont cités. Ma lecture a été bercée par ces guitares saturées et j’ai pu découvrir de super groupes ! 

--------------------------------------------------------------------------------------------

 YouTube: Shape Fleur
Facebook: Shape Fleur
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com
Babelio: ShapeFleur
Livraddict: Shape Fleur
BookWeather: Shape Fleur
Book Node: Shape Fleur
Goodreads: Shape Fleur